Pêche maritime : les cadres et techniciens acquièrent les notions de base

Pêche maritime : les cadres et techniciens acquièrent les notions de base

Le ministre de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche, Paul Valentin Ngobo, a ouvert le 31 mai un séminaire de formation de base à la gestion durable des pêches. Cette rencontre va se poursuivre jusqu’au 4 juin prochain.

Fruit de la coopération entre le gouvernement congolais, l’Union européenne (UE) et l’Agence française de développement (AFD), le séminaire de formation de base à la gestion durable des pêches s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du Projet d’amélioration des conditions d’exercice de la pêche maritime et de la durabilité de sa gestion au Congo.

Faisant le point à mi-parcours de la mise en œuvre du projet, son chef, l’expert technique international résident, Babacar Ba, a rappelé qu’il s’agit d’une composante du Programme d’extension et de mise à niveau environnementale des infrastructures du Port autonome de Pointe-Noire. Le but étant de consolider l'environnement économique et commercial du port par un accès durable à des infrastructures portuaires performantes et une gestion halieutique pérenne.

« J’invite les participants à prêter une attention particulière au formateur afin de profiter de son expertise mais également de sa grande expérience du secteur de la pêche en Afrique et particulièrement au Congo », a-t-il invité.

Le ministre en charge de la Pêche, a, quant à lui, souligné que ce projet participe à la bonne gouvernance du secteur de la pêche et de l’exploitation durable et responsable de la ressource halieutique. « Le secteur pêche a besoin, pour sa bonne gouvernance, des cadres et techniciens formés, qualifiés, bien outillés et rompus, ayant une bonne et parfaite connaissance des us et pratiques professionnels », a indiqué Paul Valentin Ngobo.

La présente formation qui précède d’autres étapes ultérieures de formations plus spécialisées est, a-t-il rappelé, une des opportunités offertes aux responsables, cadres et techniciens du secteur. Car elle permet notamment aux nouveaux cadres de disposer des rudiments de base nécessaires dans le domaine de la gestion durable des pêches, de développer des mesures de gestion pour la pêche industrielle pélagique et de la pêche chalutière, ainsi que pour la pêche artisanale professionnelle. Il a enfin exhorté les participants à donner le meilleur d’eux-mêmes afin de se doter des outils nécessaires en océanographie/halieutique.

Source: adiac-congo

Close