Partenariat : Signature du Cadre de programmation pays (CPP) 2019-2022 entre la FAO et le Gouvernement de la République du Congo

Partenariat : Signature du Cadre de programmation pays (CPP) 2019-2022 entre la FAO et le Gouvernement de la République du Congo

12/04/2019

CPP 2019-2022, outil de planifcation, de dialogue, d’aide à la décision et de mobilisation des ressources pour une aaistance technique adéquat de la FAO.

Henri Djombo, Ministre d’Etat, Ministre de l’Agriculture, de l’élevage et de la Pêche (MAEP) et Suze Percy Filippini, Représentante de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) ont signé ce 10 avril 2019, le deuxième Cadre de programmation pays (CPP) entre la FAO et la République du Congo couvrant la période de 2019 à 2022.  Ce CPP établit 4 domaines prioritaires pour le pays afin de guider le partenariat avec la FAO et l'appui que l'Organisation fournit au Gouvernement en associant des pratiques optimales novatrices de niveau international et des normes mondiales à une expertise nationale et régionale pendant les 4 années de sa mise en œuvre.

La mobilisation des ressources, un défi majeur pour la mise en œuvre du CPP 2019-2022

Estimée à 12,064,280 dollars américains soit 7 045 539 520 FCFA, la mise en œuvre du CPP 2019-2022 nécessite la mobilisation des ressources supplémentaires d’une valeur de 7,639,000 dollars américains soit 4 461 176 000 FCFA. Les fonds déjà disponibles à travers les programmes TCP (Fonds propres de la FAO) et les Partenaires de développement s’élèvent donc à 4,425,280 dollars américains soit 2 584 363 520 FCFA.

« Nous sommes conscients que les défis à relever sont énormes, notamment dans le cadre de la mobilisation des ressources complémentaires, mais nous allons nous y atteler en comptant sur l’engagement des autres Partenaires Techniques et Financiers (PTF), afin d’atteindre nos objectifs communs liés à la sécurité alimentaire et nutritionnelle des populations congolaises » a déclaré le Ministre d’Etat à l’issue de cette signature. Il a pour cela rassure de l’éventuelle assistance de plusieurs institutions et pays sur les pistes de mobilisation des ressources pour l’investissement agricole en République du Congo.

La Représentante de la FAO a, pour sa part, précisé que le CPP est le fruit d'une concertation et d'un accord avec le Gouvernement congolais, le Parlement, les PTF, les collectivités locales, la société civile y compris les organisations paysannes et le secteur privé. « Ce CPP nécessite une mise en œuvre conjointe, concerté et partagé du gouvernement et des autres parties prenantes pour être un succès » a-t-elle déclaré

Répondre au respect des priorités nationales et régionales ainsi qu’aux objectifs stratégiques de la FAO et aux normes d’élaboration du CPP.

Le CPP 2019-2022 entre la République du Congo et la FAO est aligné aux priorités du pays, déclinés dans le Plan National de Développement (PND) adopté en septembre 2018 pour une période de quatre ans ainsi qu’au Plan Cadre des Nations Unies pour l’aide au Développement (UNDAF). Il s’appuie également sur les Objectifs Stratégiques de la FAO, les priorités et initiatives régionales de la FAO pour l’Afrique en adéquation avec l’agenda 2063 et les Objectifs de Développement Durable.

Dans le cadre du nouveau PND, le Congo a fait le pari de lutter contre l’insécurité alimentaire et nutritionnelle en misant sur le développement des secteurs agricole, pastoral, forestier et halieutique à travers entre autres la promotion l’entrepreneuriat des jeunes qui représentent environ 47,7% de la population. http://pnd.plan.gouv.cg/

Le Gouvernement entend fonder son action sur le secteur agricole pour diversifier son économie, actuellement basée sur la rente pétrolière. A cet effet, il a adopté son Plan National d’Investissement Agricole et de Sécurité Alimentaire et Nutritionnelle (PNIASAN) 2017-2021 ainsi qu’une politique nationale agricole assortie d’un Programme d’Actions Prioritaires (PAP) pour la période 2018-2020 qui vise (i) l’augmentation des capacités de production agricole, de l’élevage et halieutique, (ii) l’incitation à l’investissement et à la subvention à la production et (iii) l’amélioration du cadre institutionnel et juridique, y compris la maîtrise des statistiques agricoles et le renforcement des capacités des ressources humaines.

Contribution et résultats attendus de la FAO

En consultation avec les parties prenantes et pour aider au mieux le pays à atteindre ses priorités en termes de développement, la FAO entend focaliser ses interventions pour la mise en œuvre du CPP 2019-2022 sur les axes stratégiques suivants :

  • Renforcement de l’environnement institutionnel catalyseur du développement agricole, de la sécurité alimentaire et nutritionnelle et de la gouvernance durable des ressources naturelles.
  • Accroissement et la valorisation des systèmes de production agricole à travers le renforcement et la diversification de l’agriculture, de l’élevage, de la pêche et de l’aquaculture ainsi que la promotion de l’entrepreneuriat agricole des jeunes et des technologies innovantes.
  • Développement des réponses pour l’approche Une seule santé et au renforcement de la résilience des groupes vulnérables face aux urgences, aux crises et aux catastrophes.
  • Développement des stratégies d’atténuation et d’adaptation aux changements climatiques et de gestion durable de la biodiversité.

Close