Agriculture : Paul Valentin Ngobo veut contribuer à la souveraineté alimentaire du Congo

Agriculture : Paul Valentin Ngobo veut contribuer à la souveraineté alimentaire du Congo

Le ministre de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche, Paul valentin Ngobo, qui a pris ses fonctions le 22 mai au terme d'une passation de service avec l'ancien ministre d’Etat, Henri Djombo, a fixé ses grandes priorités.

« A travers nos différentes actions, nous devons aller vers une plus grande souveraineté alimentaire, en particulier en ces temps de Covid-19 où les Etats ont tendance à fermer leurs frontières ; favoriser la création d’emplois, et réduire le taux de chômage de nos jeunes ; développer nos territoires par la création et le renforcement des structures de production locales ; contribuer à la diversification de l’économie par le renforcement du poids du secteur agricole dans nos exportations et la richesse nationale ; contribuer à l’employabilité de nos jeunes par la formation aux métiers agricoles et la certification de leurs compétences », a-t-il laissé entendre.

Selon lui, les buts étant connus, seule la manière de faire sera légèrement différente. « Nous devrons travailler un peu plus sur l’organisation de nos producteurs pour que notre contribution soit plus efficace et plus efficiente. Pour réussir la mécanisation de notre agriculture, notre organisation doit être poussée à son niveau optimal », a poursuivi Paul Valentin Ngobo.

S’appuyant sur les réformes apportées dans le domaine forestier, le nouveau ministre entend créer les zones agricoles protégées aux fins de permettre à l’Etat d’affecter des terres publiques à la production agricole, regrouper sur un même site plusieurs producteurs, groupements et coopératives et de bénéficier des effets d’agglomération ou de regroupement. « Nous devons amplifier, à travers les autres départements du Congo, le modèle de l’incubation d’entreprises agricoles et continuer à mobiliser la jeunesse congolaise pour aller vers une plus grande souveraineté alimentaire du Congo », a-t-il annoncé.

Pour Paul Valentin Ngobo, l’Etat devra s’impliquer encore plus dans la gestion des campagnes agricoles dans tous les bassins de production. Ceci en axant, par exemple, ses efforts sur les intrants de toute nature avant le début des campagnes agricoles, en mettant en place un mécanisme de commercialisation de produits agricoles de grande consommation. « J’ai des convictions qui me sont chères – le volontarisme, le pragmatisme et l’envie d’être à la fois sur la stratégique et l’opérationnel », a-t-il dit.

Paul Valentin Ngobo a assuré son prédécesseur qu’il poursuivra les chantiers qu’il a entamés et rehaussera l’image du ministère dans l’intérêt des producteurs et des consommateurs. « Tout ce que vous avez réalisé durant votre passage à la tête de ce ministère sera donc capitalisé, consolidé et utilisé pour le bien du secteur agricole congolais », a-t-il promis.

Le ministre d’Etat, ministre de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche sortant, Henri Djombo, a rappelé à son successeur qu’il a passé le temps à élaborer les réformes nécessaires pour un secteur productif, performant et capable de motiver l’investissement. D’après lui, les réformes apportées ces cinq années ont permis au Congo de mettre en place un secteur capable de lutter contre l’importation des denrées alimentaires, la pauvreté en milieu paysan et devenir exportateur des produits nationaux vers d’autres horizons. Pour mener à bien sa mission, le nouveau ministre de l’Agriculture peut compter sur le Plan national de développement, la politique et la stratégie agricole.

« Je lui souhaite beaucoup de succès parce que la tâche est ardue. On peut avoir les meilleures idées, les meilleures pensées, les meilleurs plans mais s’ils ne sont pas soutenus matériellement et financièrement dites-vous que tout ce que vous ferez relève du domaine du rêve. La crise économique et financière nous a clouée, elle ne nous a pas permis de nous déployer, de prouver nos capacités. …Je reste totalement à la disposition du ministre Ngobo », a déclaré le désormais ancien ministre d’Etat en charge de l’Agriculture.

Source: adiac-congo

Close